Uncategorized

L’assistance aux personnes en danger: une obligation pour tous!

On pourrait croire que porter assistance à une personne en danger n’est une obligation que pour les professionnels de la santé ou les personnes qualifiées, d’une manière ou d’une autre, à porter secours. En réalité, c’est une obligation qui s’impose à tout citoyen. La seule différence, c’est que les abstentions/refus d’assistance des professionnels de la santé seront apprécié(e)s plus sévèrement par les magistrats.

Ainsi, en octobre dernier, un homme est décédé sur la Grand Place de Courtrai et, à la lumière de l’enquête ouverte par le Parquet, plusieurs passants identifiés par des caméras de surveillance ont été accusés de négligence coupable, c’est-à-dire le fait d’omettre d’aider quelqu’un se trouvant en grand danger. En théorie, ils risquent quand même une peine de prison pouvant atteindre un an, et une amende.

 

L’assistance aux personnes en danger : que dit la loi ?

Depuis 1961, le Code pénal qualifie en infraction le fait pour une personne de refuser ou de négliger de porter secours à une personne en péril. On pourra donc être poursuivi pénalement si on s’abstient de venir en aide ou de procurer une aide à une personne exposée à un péril grave, pour autant, bien entendu, que l’on puisse porter assistance à la personne en situation de danger sans mettre en péril notre propre sécurité ou celle d’autres intervenants.

On peut en outre préciser que les peines encourues peuvent être encore plus lourdes lorsque la personne exposée à un péril grave est mineure d’âge ou est une personne dont la situation de vulnérabilité est accentuée en raison de l’âge, d’un état de grossesse, d’une maladie, d’une infirmité ou d’une déficience physique ou mentale apparente ou connue.

 

Intervenir oui, mais comment ?

Il y a plusieurs moyens d’intervenir.

  • Intervention directe: Vous témoin d’un accident ou d’une agression et vous décidez d’intervenir. Vous n’intervenez que si vous êtes certain que votre intervention ne va pas envenimer les choses et que personne ni vous-même ne sera en danger.
  • Intervention indirecte: Vous êtes témoin d’un accident ou d’une agression mais vous ne pouvez intervenir pour des raisons techniques ou de sécurité. Votre rôle consiste alors à:
    • Aviser le plus rapidement possible les services de secours (rappel : le 112) en leur donnant les informations relevées : état de la victime, circonstances, nature des blessures.
    • Donner les premiers soins à la victime si vous en êtes capables. Les premières minutes sont très importantes.

 

Pour anticiper l’assistance aux personnes en danger : les brevets de secouristes

La Croix-Rouge organise des formations thématiques qui permettent d’apprendre les gestes qui sauvent ou peuvent aider à sauver des vies. Il y a plusieurs formations, organisées tout au long de l’année, dont certaines d’après moi devraient être intégrées au parcours scolaire de tout un chacun.

161102-CRB-COURS-073

  • BEPS: brevet européen de premiers secours : il permet d’intégrer le schéma à suivre au cours de tout type d’intervention afin d’administrer les premiers soins efficacement et en toute sécurité, ainsi que la manière de communiquer les informations pertinentes aux services de secours. Concrètement, sont abordées la réanimation, la défibrillation, la désobstruction, la position latérale de sécurité, la stabilisation de la tête en cas de suspicion de traumatisme cranien ; mais aussi apprendre les conduites à tenir en cas de malaise cardiaque, avc, hémorragie, membre sectionné, etc. La formation dure entre 12 et 15 heures, coûte 45 euros, et est accessible à toute personne à partir de 12 ans.
  • Trois minutes pour sauver une vie : l’accent est mis sur la réanimation cardio-pulmonaire et la défibrillation.
  • Réanimation bébé : l’accent est mis sur la réanimation du bébé, la désobstruction du bébé et la désobstruction de l’enfant.
  • Bosses et bobos : premiers secours aux enfants.
  • Brevet de secourisme : c’est la continuité du BEPS, en plus approfondi, qui débouche sur un examen pratique et un examen théorique.
  • Premiers secours en route : une formation obligatoire lors du permis de conduire à Bruxelles.

Bon à savoir : les mutuelles interviennent généralement dans le remboursement des différentes formations de la Croix-Rouge. Il ne faut donc certainement pas que l’aspect financier soit un obstacle à l’apprentissage des gestes qui sauvent.

Toutes les formations sont décrites sur https://formations.croix-rouge.be/particuliers/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s