Tourisme

À la découverte du site du Lion de Waterloo

Le Lion de Waterloo, tout le monde le connaît. En tant que symbole, d’abord. Symbole de la victoire des Alliés contre Napoléon, lors de la Campagne de Belgique qui a eu lieu en 1815. Et en tant qu’attraction touristique incontournable en Belgique, tant pour les Belges eux-mêmes que pour les étrangers. Érigée entre 1823 et 1826, cette butte de 40 mètres de haut surplombe les lieux de la victoire des alliés sur les troupes impériales de Napoléon. Le lion, coulé dans la fonte et scellé au sommet de la butte, rugit toujours symboliquement vers la France.

Panorama - Butte 2

Des travaux titanesques

En 2012, le ministre wallon du Tourisme, Paul Furlan, a donné le coup d’envoi d’une série de grands travaux destinés à renforcer l’attractivité du site. Un projet titanesque à deux points de vue : financièrement d’abord, puisque ce sont pas moins de 40 millions d’euros qui y ont été alloués ; et du point de vue du timing, puisque le site « nouvelle mouture » devait impérativement être opérationnel pour le bicentenaire de la bataille de Waterloo, qui avait lieu seulement 3 ans plus tard.

A l’issue des travaux, et après avoir acquis des terrains et des maisons et démoli plusieurs bâtiments, le résultat est assez bluffant : le Hameau du Lion, qui jusque-là était emprunté par 10.000 véhicules chaque jour, a été réaffecté en piétonnier, permettant ainsi des balades en toute sécurité au pied de la butte ; sur les ruines des bâtiments qui jouxtaient le site, un nouveau mémorial, bénéficiant d’une scénographie à laquelle a notamment collaboré Franco Dragone, a été implanté en souterrain ; le Panorama, bâtiment classé construit en 1912, a naturellement été conservé mais a bénéficié d’une profonde rénovation. Enfin, de vastes parkings ont été aménagés le long du ring pour absorber les allers et venues des touristes en masse.

Le nouveau site

Le nouveau site ainsi constitué se développe autour de 7 lieux de visite, répartis en deux catégories.

La première a été nommée « Le Mémorial » et regroupe :

  • Le Mémorial 1815, enterré au pied de la Butte, vous propose une expérience multisensorielle unique, dans laquelle vous allez vivre la bataille de Waterloo comme si vous y étiez. Laissez-vous guider par un soldat de l’armée de votre choix et vivez au cœur de la bataille grâce à des projections 3D et des effets spéciaux à souhait !

Pions 1

 

  • Le Panorama, qui se situe juste à côté du Mémorial, est un grand bâtiment circulaire dans lequel vous pourrez admirer une fresque gigantesque de 12 mètres de haut et 110 mètres de circonférence ! Cette toile, peinte en 1912 par Louis Dumoulin pour la célébration du premier centenaire de la Bataille de Waterloo, illustre sur 360° les forces en présence à l’époque.

Panorama - bâtiment 4

  • La Butte du Lion : outre son caractère symbolique, cette colline artificielle, du haut de ses 226 marches, offre à ses visiteurs une vue panoramique sur ce qui fut le champ de bataille en 1815, et permet de prendre conscience de ce que furent les formations en carré de l’infanterie ou des déploiements de la cavalerie.

Panorama - Butte 2

  • La Ferme d’Hougoumont, haut lieu de la Bataille de Waterloo, objet d’assaut répétés mais vains des Français, a notamment été mis en lumière dans deux chapitres du livre Les Misérables de Victor Hugo. Aujourd’hui, elle renferme une scénographie inédite au travers de quatre salles d’exposition et d’un spectacle multimédia que je vous invite à découvrir.

Hougoumont - cour 3

 

La seconde catégorie a été baptisée « Le Pass 1815 » et fait la part belle aux musées :

  • Le Musée Wellington, qui ne se trouve pas sur le site-même, mais au centre de Waterloo, dans une ancienne auberge qui fut le quartier général de Wellington. C’est là qu’il rédigera son rapport de bataille, et qu’il actera la victoire des alliés sur Napoléon. Au fil de votre visite, vous entrerez dans l’univers des acteurs de la Bataille de Waterloo et pourrez découvrir une foule d’objets ayant appartenu à ces illustres personnages, armes anciennes, gravures d’époque, etc.
  • Le dernier quartier général de Napoléon, la Ferme du Caillou, se trouve lui à l’opposé (évidemment), en direction de Genappe. Partiellement incendiée par l’armée prussienne, ferme a été reconstruite par le nouveau propriétaire en 1818, et un ossuaire, érigé en 1912, est encore visible aujourd’hui. Il rassemble des ossements trouvés çà et là sur le champ de bataille. Depuis 1951, la ferme est devenu un musée napoléonien qui comprend quatre salles abritant notamment le lit de camp de Napoléon, et des tableaux, gravures, ou autres objets ayant appartenu à l’Empereur.
  • Les Monuments commémoratifs : il y en a pas moins de 135 sur l’ensemble des campagnes de Waterloo ! Il s’agit essentiellement de stèles érigées à la mémoire des nations présentes sur le Champ de Bataille, ou de monuments familiaux construits en souvenir des combattants.

Plus de photos!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Horaires et tarifs

Le site est accessible toute l’année, mais les horaires d’accès au Mémorial varient en fonction des saisons. Toutes les informations sont disponibles sur le site waterloo1815.be ! Bonne visite !

 

Merci à l’équipe du Mémorial 1815, qui a accepté de me fournir les photos d’illustration de cet article. Crédit photos: © Mémorial 1815

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s